22 févr. 2019

"Curriculum Mortem" de Enzo BARTOLI

Mon ressenti - Extraits - Présentation - L'auteur -
Lecture de février 2019


Ce titre est le premier de la série "Brigade criminelle". Vous aurez remarqué que j'ai commencé par le cinquième il y a quelques jours. Mais je peux vous assurer que ça n'entache en rien à la lecture puisque les enquêtes sont différentes à chaque fois.
Au début :
  • "Boulevard Barbès, Paris 18e, samedi 16 novembre 2013, 5 h 45. La circulation avait été détournée et un cordon de protection encerclait le carrefour. Le VSL des pompiers était encore sur place, ainsi que la benne à ordures de la voirie parisienne. Ajoutés à ceux des forces de l’ordre, leurs gyrophares illuminaient avec indécence cette fin de nuit glaciale."
Je me retrouve avec Pascal alias Tonton, et Guilhem  dit Beau gosse, dans une intrigue assez corsée. Un cadavre est découvert dans un container à ordure, suicide? Assassinat? L'équipe va se casser les dents sur cette énigme. Pascal, lui, est accaparé par un autre crime qui le touche de plus près… En voilà assez pour l'histoire, à vous de découvrir le reste qui n'est pas piqué des vers. Les dialogues et les scènes sont juste épatantes.
  • "Fidèle à son tempérament, Guilhem ménagea ses effets. — Tu connais les grades dans la douane ? Tu savais qu’un « catégorie B » commence comme « contrôleur » ? Pascal contempla son adjoint complètement stupéfait. Cette fois, il avait pété un plomb. — Et alors ? demanda-t-il, inquiet de la réponse. — Ben rien… C’est comme ça ! Sauf quand on s’appelle « Dubus »… parce que ça fait « le contrôleur Dubus ». C’est marrant, non ? — Tu deviens complètement débile ! T’as rien d’autre à foutre ?"
Les liens entre les personnages sont excellents et bien déterminés. Dans le style polar, roman policier bien noir l'auteur n'a pas à faire ses preuves, pour moi c'est juste parfait. Je recommande cette série avec enthousiasme.
Premier tome de la série "Brigade Criminelle"






Présentation :

Un cadavre est retrouvé au petit matin dans un conteneur à ordures du boulevard Barbès. À la clef : une veuve, deux orphelins, un chômeur de moins sur les listes de Pôle emploi et un Curriculum Vitae qui porte bien mal son nom.
Pour les deux flics de la Crim’ qui « dérouillent » cette nuit-là, commence une longue et morbide enquête sur une mort que personne, ou presque, ne semble regretter...
Servi par une intrigue ciselée et un style jubilatoire, dans l’esprit de San Antonio ou Nestor Burma, Curriculum Mortem est un livre que vous ne parviendrez à reposer qu'à l'issue de l'ultime rebondissement.
Finaliste de l'édition 2013 du Prix du Quai des Orfèvres.

L'auteur :

Enzo Bartoli est né dans le quartier de la Bastille à Paris. Cancre invétéré, il entame une scolarité nonchalante et entre très jeune dans la vie active, au cœur d’un Paris populaire dont il s’inspirera plus tard pour ses romans.
Devenu journaliste, il décide de se lancer dans l’écriture avec un incontestable succès : ses livres Curriculum mortem et Enquête à l’arrivée ont été sélectionnés pour la finale du Prix du Quai des Orfèvres.
Vous pouvez le contacter sur Facebook (https://www.facebook.com/Enzo-Bartoli-601066286593131/) et Twitter (https://twitter.com/EnzoBartoli1), ou le retrouver sur son site (enzo-bartoli.fr).






20 févr. 2019

"AdopteUnTueur.com" de Enzo BARTOLI

Mon retour - Extrait - Présentation - La série -
Lecture de février 2019


Roman noir, entre polar et policier, je me suis vite fait une place aux côtés de "Tonton" et "Beau gosse" de leurs vrais titres et noms le commandant Pascal Guilbert et le capitaine Guilhem Lanternier. Ceux-ci sont complémentaires et ont une équipe bien rodée pour défaire les enquêtes bien tordues. Entre scènes de suicide/crime et dialogues quelques fois cocasses, ce fut un plaisir de lecture.

  • Et c'est en restant plantés ici comme deux abrutis qu'on va le découvrir?
  • Parle pour toi!
  • Pardon?
  • Si l'image te convient effectivement très bien, pour ma part, je ne suis pas "planté comme un abruti". Je réfléchis.
  • Super! T'es gentil, tant que tu n'as rien d'autre de  "plus intéressant à me raconter, tu me laisses pioncer.

Cette lecture étant proposé par #NetGalleyFrance et ayant déjà entendu parler de l'auteur, je n'ai pas hésité à choisir ce livre. J'ai maintenant aussi le premier dans ma liseuse et je vais pouvoir reprendre ces enquêtes à la base. Car oui j'ai beaucoup aimé.
Ici, l'intrigue va se tourner autour de l'argent, du sexe en passant par le net. Cette toile où toutes dérives sont à porter de doigts. Retrouver les protagonistes ne va pas être une simple affaire, mais c'est aussi le but de cette histoire, qui avance doucement mais avec entrain et vivacité.
Une écriture sûre et facile à lire, on peut visionner sans problème les scènes, comme un épisode télévisé. Ce récit m'a fait penser à la série de Jussi Adler Olsen "Les enquêtes du département V".
Ce style de texte me réconforte dans mes lectures où j'aime retrouver des personnages auxquels je me suis attachée. Je remercie #NetGalleyFrance - #Amazon et l'auteur pour cette lecture que je recommande aux amateurs du genre.
#NetGalleyFrance
#Amazon
#AdopteUnTueurCom

La série :

1 - Curriculum Mortem
2 - Enquête à l'arrivé
3 - Les loges du mal
4 - Sous les pavés, la mort
5 - AdopteUnTueur.com





Présentation :

Lorsque le cadavre de Charles Maillard, chef d’entreprise sur le déclin, est repêché du canal de l’Ourcq, l’enquête du commandant Pascal Guilbert et du capitaine Guilhem Lanternier se tourne rapidement vers les activités professionnelles de la victime. Ils découvrent alors que l’emploi du temps de Maillard consistait principalement à visiter des sites où les rencontres peuvent s’avérer malsaines.

Dans le cadre d’une sombre affaire dans laquelle sexe et argent jouent à cache-cache, « Tonton » et le « Beau Gosse » vont remonter la piste d’une vieille histoire dont les personnages entretiennent de tenaces rancunes.

19 févr. 2019

"L'île aux Cannibales" de Nicolas WERTH

Mon avis - Extraits - Présentation -
Lecture de février 2019


Ce livre m'a été prêté, un sujet glaçant quand on sait que ceci a été la réalité et non une fiction. Je ne ferais pas de retour sur le livre en lui-même, le résumé et les extraits de ce témoignage parle de lui-même.



  • "Depuis le début des années 1990, l'ouverture des archives régionales de Novossibirsk et de Tomsk ainsi que la publication d'un certain nombre de documents relatifs à la tragédie de Nazino ont permis de mieux comprendre ce qui s'était passé sur "L'Ile-Mort" (Ostrov-Smert'), également surnommée par la population locale "l'île aux Cannibales" (Ostrov lioudoedov)."

  • "En réalité, un très grand nombre de personnes appréhendées au cours de rafles policières ne passaient même pas par ces procédures sommaires et étaient directement déportées après un bref passage en prison de transit. Tel fut le cas d'un grand nombre d'individus déportés de Leningrad et de Moscou, dans le cadre du "nettoyage" des deux plus grandes villes de l'URSS à l'occasion de la fête du Travail, le 1er mai 1933, vers Tomsk, puis de là, après un court séjour dans le plus grand camp de transit pour "déplacés spéciaux" de Sibérie, vers l'île de Nazino."

  • "Que nous apprend l'épisode, exceptionnellement bien documenté - par rapport à d'autres déportation de masse -, de l'île aux Cannibales? Cet événement éclaire, tout d'abord, la mise en œuvre meurtrière d'une utopie : celle d'une vaste entreprise d'ingénierie sociale, d'une planification bureaucratique et policière visant à "nettoyer" et à "purifier" certains espaces soviétiques - et notamment les villes - de leurs "éléments déclassés et socialement nuisibles", en les déportant vers des "zones-poubelles" de la Sibérie."





Présentation :

Le premier livre sur l' "autre" goulag et sur la "purification sociale" entreprise par Staline.

Voici le premier livre en français sur l' "autre" goulag, édifié par Staline et Iagoda (chef du Guépéou), son " ministre de l'Intérieur ", aux fins de " purifier socialement " l'Union soviétique. Sur l'" île aux cannibales ", ont été déportés 6 000 " éléments socialement nuisibles ". Isolés dans cet endroit désolé, Nazino, perdu au milieu du fleuve Ob, les déportés débarqués sans provisions ni outils ont subi la torture de la faim au point de s'entre-dévorer. Passé sous silence pendant soixante ans, l'épisode est aujourd'hui révélé par Nicolas Werth. Sa reconstitution permet de comprendre le fonctionnement des " peuplements spéciaux ", elle met en évidence une élimination inévitable, sinon programmée, autant que l'absence de coordination entre les différents maillons de la chaîne répressive. Elle montre aussi la violence sociale qui régnait en Sibérie, terre de déportation et de colonisation. Enfin L'Ile aux cannibalesoffre un fascinant cas de perte des repères humains quand les individus sont soumis à une situation extrême dans un lieu clos. L'Ile aux cannibales, c'est l'histoire d'une décivilisation en plein XXe siècle. 

Nicolas Werth, directeur de recherche au CNRS, outre sa participation remarquée au Livre noir du communisme, a publié dans la collection tempus : La Terreur et le Désarroi. Ce livre a été traduit dans six pays.

18 févr. 2019

"Alexis" de Sergio LUIS

Mon retour - Extraits - Présentation - L'auteur -
Lecture de février 2019


Rien de tel qu'une nouvelle pour découvrir un auteur qui de plus a été lu et aimé par des amies. C'est donc par cette nouvelle d'une quarantaine de pages que je fais la rencontre d'Alexis, 14 ans. Au début :

  • « La bouche pleine de terre, avachi comme le serait un nouveau-né dormant sur le ventre, Alexis ouvrit un œil dont les cils semblaient lestés de plomb. Il faisait un froid sibérien et pourtant la plaine n’était pas dans une sombre partie de l’Oural, encore moins au Kazakhstan. »

C'est au milieu d'une secte que le récit commence, une nouvelle noire avec juste ce qu'il faut pour en apprécier l'écriture. Alexis et Max vont continuer leur chemin tant bien que mal à vous de voir.

  • « Dans cette caverne mentale, Alexis avait gardé une bougie vacillante qui éclairait ses neurones. Comme un ressort non brisé, une fleur perce neige. »

Je n'en dirais rien de plus car je dévoilerais cette histoire. Attention quand même nous ne sommes pas dans un texte rose loin de là. J'ai bien apprécié, et donc, je vais suivre l'auteur et voir ce qu'il a d'autres à me proposer qui pourrait me plaire. Le plus : la couverture est très belle.






Présentation :

C'est une nouvelle de 40 pages. La lecture vous prendra le temps d'un petit film. Une immersion dans la vie d'Alexis. 
Une immersion dans les ténèbres.

"Alexis mit un coude à terre pour se redresser et sentit un éclair lui traverser l’épiderme, comme un coup de cutter bien placé par un tueur en série. Il vit une goutte de sang perler et glisser le long d’un biceps aussi fin qu’un tube de papier toilette. Son coude était comme arraché. On ne voyait pas l’os mais, en grattant un peu, on ne devait pas être loin. Il eut le réflexe de le tenir dans sa paume de main droite mais cette dernière était lacérée elle aussi et l’abrasion, si elle n’était pas au stade de celle du coude, suffisait à diffuser de petits coups de rasoir dans ses terminaisons nerveuses."

L'auteur :

Sergio LUIS a déjà cumulé plus de 10000 lecteurs.
Il aime écrire des histoires où les gens normaux côtoient l'anormal, où le paranormal s'immisce dans le quotidien. Mais ses personnages et leurs émotions restent les vecteurs de ses romans.
Avec toujours côté lecteur le même doute qui persiste : ça pourrait bien arriver...
Ses livres ont deux objectifs : faire frissonner et faire que les pages se tournent sans que l'on souhaite s'arrêter. Et dans ce domaine, il y parvient sans difficulté.

"Stabat Mater" de Frédéric COUDRON

Mon retour - Extrait - Présentation -
Lecture de février 2019


Une lecture #AmazonPrimeReading. Je dois vous dire que c'est la couverture qui m'a attirée en premier lieu vers ce roman proposé dans le style "policier thriller", et, le titre. Alessandro Calderon, inspecteur à Lille, va être poursuivi par Viatcheslav, criminel, qui semble très bien le connaître et qui va faire le ménage autour de lui.
Un roman policier où l'on va plusieurs fois croire avoir trouver l'assassin qui se cache sous ce nom, avoir de sérieux doutes sur certaines personnes. Plusieurs rebondissements termineront cette histoire étrange. Un roman policier bien sympa mais avec quelques scènes plus ou moins crédibles. J'ai passé un bon moment mais sans plus.

Juste un petit extrait, qui peut je pense dévoiler un peu l'histoire, alors ne le lisez pas si vous pensez acquérir ce livre.

  • « Parfois il vaut mieux ne pas avoir de famille que d’en avoir une. J’ai vécu pendant des années dans le mensonge. J’ai cru en l’amour maternel indéfectible. Ma mère était tellement bonne comédienne qu’elle avait même réussi à me faire croire que mon propre père m’avait abandonné et ne m’aimait pas. Je comprends désormais pourquoi j’ai toujours ressenti honteusement au fond de moi une préférence pour mon vieux. »





Présentation :

L'inspecteur Calderon confronté à un tueur en série : Viatcheslav

Alessandro Calderon est inspecteur à la Brigade Criminelle de la Police Judiciaire de Lille. Dépressif, alcoolique et sujet à des pertes de mémoires, il est à la tête d’une petite équipe d’enquêteurs formant une véritable famille et qui compte, parmi ses membres, la séduisante Mallory. Luttant contre ses propres démons, Calderon va se trouver confronter à un tueur en série, auto-baptisé Viatcheslav, semant la terreur sur la ville et jouant avec les forces de l’ordre par lettres interposées. Acculé, soupçonné, l’inspecteur devra fouiller son propre passé trouble pour essayer de démêler les nœuds de cette enquête pas comme les autres. Ce n’est qu’au prix de véritables sacrifices, l’amenant aux limites de la raison et l’obligeant à pactiser avec le diable, qu’il découvrira l’effroyable vérité… 

Retrouvez Calderon dans une enquête inédite au cours de laquelle il devra fouiller son propre passé trouble pour essayer de démêler les nœuds de cette nouvelle énigme.