19 juin 2019

"Le migrateur" de Raphaël GRANGIER

Mon ressenti - Extraits - Présentation -
Lecture de mai 2019


Après avoir lu ce thriller, peut-être ne verrez-vous plus les grottes de la même façon…
Au début :
  • "Cour d'Assises de Pau, 10h15, le 07 janvier 2021 :
Une nuée impressionnante de journalistes, de caméras et de micros ont envahi les couloirs du Tribunal. Les plus chanceux d'entre eux ont obtenu le droit d'assister à l'audience. Les accès et la circulation aux abords du bâtiment ont été provisoirement coupés et quelques agents du G.I.G.N. ont été postés sur les immeubles aux alentours"

L'auteur va nous balader entre les Pyrénées jusqu'en Tunisie depuis 2017, en passant par Malte, Barcelone, Périgueux… le tout avec des flash-back.

  • "Rue Kléber, appartement 14, mercredi 30 août 5h30…
Dehors, sous les lampadaires de la rue Gambetta, la chaleur s'agrippe aux pierres calcaires des bâtiments blancs de Périgueux. Sous les combles, juste derrière l'angle avec la rue Kléber, la fenêtre de l'appartement 14 est grand ouvert. Stéphanie Denoeux est allongée sur son lit, sans drap ni couverture. A l'intérieur du trois pièces, le reflet orangé des luminaires projette à l'arrière de la pièce l'ombre du vase posé sur l'huisserie de la fenêtre."

Point d'ennui dans cette lecture où les faits nous sont révélés petit à petit, les personnages nous arrivent par chapitre. Tout commence par un procès, un coup de téléphone, un corps… L'argent, la drogue, les embrouilles à démêler cette enquête ne sont pas si simple que l'on pourrait le penser.
L'auteur, comme dans ses autres romans, nous donne de très belles descriptions de lieux, des personnages, des scènes que l'on peut visionner. J'ai bien évidemment relevé d'autres extraits mais ce serait dévoiler certains faits de l'histoire, alors je vous laisse la découvrir, la quatrième de couverture donne le ton. Certaines scènes ne nous sont pas épargnées, mais sans tomber dans l'horreur. Tout est histoire de ressentis, d'allusions, d'odeurs que le texte peut nous transmettre, et ça, l'auteur sait très bien le maîtriser. Il sait aussi nous perdre dans son intrigue, où tous les personnages ne seront peut-être pas ce que nous percevons d'eux ! Inutile de vous dire que j'ai adoré ce roman. Raphaël Grangier fait partie des auteurs que j'ai rencontré, plusieurs fois, il a toujours ce petit sourire en coin qui nous dis : allez je t'ai encore pondu une histoire bien tortueuse, et à chaque fois j'ai beaucoup de plaisir à lire ses récits. Alors une nouvelle fois je tiens à le remercier pour cette lecture qu'il m'a proposée et sa confiance,  nous nous donnons rendez-vous au Bugue (24) le 20 juillet 2019… Aux amateurs de thrillers foncez ce livre vous ravira.





Présentation :

Téléphoner à un ami, un frère ou une sœur, voire même un collègue est une chose profondément banale. Pourtant, lorsque c’est un légiste qui décroche, le jeune major Denoeux va rapidement plonger dans l’horreur. C’est cet appel inattendu de cette femme, en plein cœur de la nuit qui va véritablement chambouler l’avenir de l’officier, et pas seulement sa nuit. Être conviée à identifier son partenaire à des centaines de kilomètres de là. Un gars qui a toujours craché sur les junkies, qui s’est battu au détriment de sa propre santé contre les trafiquants, les dealers et tous les réseaux opaques de la poudreuse, et qui est retrouvé, seul, au fond d’un trou mort d’une overdose. C’est sur ce nid d’incohérences qu’elle rejoindra Simon Durieux, son homologue sur Pau. Lorsque les enjeux dépassent largement l’influence ou l’impact de la loi, quand tant d’argent est posé sur le feutre vert de la table de poker, se montrer trop curieux ou intrépide peut parfois vous coûter la vie. Dans un territoire nationaliste, où les taiseux, les anciens et les bergers se méfient facilement de l’étranger, les raisons d’abandonner et les entraves seront nombreuses pour contraindre à classer l’affaire. Ici, les corps peuvent rapidement nourrir la terre sans jamais y faire pousser d’arbre. Depuis la jungle Colombienne aux berges arides et poussiéreuses de Sidi Ifni, le labo clandestin d’Om Al Arais n’a peut-être pas encore vu son dernier jour arriver. Seule chose certaine : ici, dans ces Pyrénées enneigées, pour la première fois, la poudreuse est tombée dans la Verna.

18 juin 2019

"L'armée d'argile" de Dominique LEBEL

Mon ressenti - Extrait - Présentation - Lien -
Lecture de juin 2019


Amateurs de belle littérature contemporaine c'est par ici, les romans de cette auteure sont toujours un plaisir de lecture. De par l'écriture, belle et soignée et d'autre part l'histoire qui vous emmène voyager loin. Ici, ce sera au travers de personnages rencontrés au fil d'un périple en 5 CV, au détour d'une exposition de photographies. La narratrice dépeint à sa fille chaque photos devant lesquelles elles s'avancent. Moult détails et souvenirs, des couleurs, des senteurs, des émotions, des dialogues et un beau secret vont lui être révélés. De l'amour il y aura aussi, d'ailleurs je pense que sans ça le livre n'aurait pu être écrit.

Au début :
  • "L'enfant est entrée la première, la femme a semblé hésiter un instant. Elles avaient fait le trajet en métro, on a mis mille ans à arriver disait l'enfant en sortant de la rame.
Dix stations depuis Lourmel avec un changement, ensuite elles avaient marché un peu, traversé la rue. S'il voyait ses photos exposées là, disait la femme en désignant la galerie, s'il pouvait être là."

A chaque sortie d'un livre de l'auteure je sais par avance que j'aurais un réel plaisir à lire. C'est l'une des rares auteures de ce genre que j'apprécie. La route de la soie est devant vous alors allez-y les yeux fermés mais l'esprit accueillant. 

Vous ne trouverez pas ce roman sur Amazon je pose le lien ci-dessous (en numérique ou version papier) :






Présentation :


Une femme et une enfant entrent dans une galerie où sont exposées des photographies et de cliché en cliché, à petits pas, la femme refait le voyage du photographe. De Paris jusqu’en Chine elle raconte, dit à l’enfant ce qu’elle sait de ce long périple en voiture dont il est revenu brisé, déjà absent. Elle fait revivre pour elle tous ceux qu’il a saisis avec son objectif, fait ressurgir l’ombre des tyrans de l’Histoire et réveille les mythes. Mais elle révèlera surtout son secret.

17 juin 2019

"Alan Lambin et l'esprit qui pleurait" de Jean-Marc DHAINAUT

Mon retour - Extrait - Présentation - 
Lecture de juin 2019


Cette nouvelle vaut son pesant d'or, non seulement elle est assez longue, donc que du plaisir,  mais elle est aussi gratuite, alors je remercie les éditions Taurnada et l'auteur. Vous la trouverez sur leur site en téléchargement gratuit. En suivant l'auteur et en appréciant ses histoires, je me suis plu dans celle-ci et j'ai beaucoup aimé retrouver Alan Lambin dans cette enquête paranormale. Il va partir à la recherche d'une petite fille qui hante la maison de Brice et ses parents, et pour parfaire le tout il a lui aussi quelques petits soucis. Beaucoup de sensibilité dans ce récit.

  • "Cette phrase inscrite était la même que l'analyseur de spectre avait enregistrée dans la chambre du garçon. Elle résonnait en boucle dans ses pensées, "Je t'ai retrouvé, Alan"…"

Je ne suis pas d'habitude fan de ce style de lecture, mais je dois dire que depuis que j'ai lu le premier roman "La maison bleu horizon" de l'auteur, et bien j'y ai pris goût et j'ai enchaîné avec les suivants… L'écriture est très agréable, ici point de violence mais quelques frayeurs. Merci à Joël Maïssa de m'avoir fait découvrir toutes ces histoires surnaturelles et je me lance dans la seconde nouvelle gratuite "Alan Lambin et le fantôme au crayon".
Pour rappel : le 4 juillet prochain sortira le roman "Les galeries hurlantes" qui fait suite à "La maison bleu horizon" et "Les prières de sang".






Présentation :


Région de Caen, novembre 1982. Brice, 16 ans, se réveille installé à son bureau, un crayon à la main. Perplexe, il observe son lit défait dans lequel il s'est pourtant couché la veille. Que fait-il assis là ? En posant soudain les yeux sur la couverture de son livre de mathématiques, il peut y lire : « Je m'appelle Rose Feibelman, et je suis morte dans cette maison. » 

Un événement étrange qui vient s'ajouter à tous ceux qui frappent la famille Chanal depuis quelque temps. 

En arrivant sur place, Alan Lambin, spécialiste en phénomènes de hantises, ignore encore le rendez-vous que l'Histoire lui a fixé depuis cette nuit d'été 1944.



"Dans l'ombre" de Arnaldur INDRIDASON

Mon retour - Extrait - Présentation -
Lecture de juin 2019


Voici le premier volet de la trilogie des Ombres, ce roman se déroule en Islande en 1941. Un roman noir historique sur la génétique selon les nazis.

  • "Ils prônaient la pureté raciale, haïssaient les Juifs, détestaient les communistes, prêchaient des théories racistes, tout ce pour quoi les nazis sont connus. Ils voulaient une Islande forte, peu importe ce qu'ils entendaient par là. Une nation indivisible. Enfin, c'était le genre de propagande qu'ils pratiquaient."

Une intrigue menée par un jeune policier local et un militaire canadien aux origines islandaises. L'enquête est vue par ces deux personnages qui font une équipe infaillible pour un dénouement à mon goût un peu long. Un meurtre, des disparitions, des suspects qui ne dévoilent rien, le fin mot de l'histoire va être difficile à percer. Je ne peux pas dire que j'ai aimé ou  non, j'ai trouvé le récit un peu "longuet", mais ayant acheté cette trilogie en un seul gros roman je verrais par la suite s'il y a un peu plus de punch dans l'écriture. Sinon les descriptions et l'histoire sont très intéressantes.






Présentation :

La mort a été immédiate. Une balle dans la tête. Aucune trace de lutte n'est relevée dans ce modeste appartement de Reykjavík. Le seul détail troublant est une croix gammée tracée sur le front de la victime. Très vite, en cet été 1941, les soupçons se portent sur les soldats étrangers venus contrer l'expansion nazie. Les enquêteurs Flovent et Thorson doivent agir avec prudence : malgré l'occupation alliée, l'ombre du Troisième Reich plane toujours au-dessus de l'Islande.

13 juin 2019

"Laurie" de Stephen KING

Mon retour - Présentation -
Lecture de juin 2019


Une nouvelle finalement originale pour du King puisqu'elle n'a rien de fantastique ni d'horrible mais la mort est tout de même présente. Un hommage à nos animaux de compagnie. Une quarantaine de pages à lire en dix minutes. Cette nouvelle est gratuite et téléchargeable sur Amazon. Un petit entremet bien sympathique.





Présentation :

Une nouvelle inédite et gratuite de Stephen King pour replonger dans l'univers de L'Outsider 

Lloyd vient de perdre sa femme. Pour l'aider à surmonter son deuil, sa soeur Beth lui rend visite et lui offre un adorable chiot baptisé Laurie dont il ne veut pas. Mais avec le temps, un lien se crée entre l'homme et l'animal...