17 sept. 2018

"Histoire d'@" de Laure MANEL

Mon retour - Présentation - L'auteure - 
Lecture de septembre 2018

Une romance moderne que nous propose Laure Manel. J'ai été un peu déroutée au début par la construction du roman et puis une fois les premières pages passées je me suis mis dans le contexte. Douze ans séparent nos deux personnages, ils vont se retrouver sur la toile par mail interposés, il y aura des hauts et des bas, beaucoup de discussions. Pendant tant d'années beaucoup de choses changent la vie. Mathilde et Cyril vont devoir apprendre à se (re) connaître, à se (ré)apprivoiser. L'amitié, l'amour sont les thèmes principaux de ce récit. L'auteure nous le présente de façon intéressante et innovante. Une petite pause légère entre deux romans plus noirs ça ne fait pas de mal. Je remercie #NetGalleyFrance, #Bookelis et l'auteure pour cette lecture. 
#HistoireD'@






Présentation :

Et si votre passé retrouvait le chemin de votre boîte mail ? 

Il est parti sans se retourner vers New-York qui lui tendait les bras. Et l'a laissée dans une incompréhension majeure.
Douze ans après, il réapparaît derrière son écran, et commence alors une correspondance par mails, comme une conversation. L'occasion d'évoquer les souvenirs, et de se parler de leur vie.
Mais dénouer les fils non résolus du passé n'est pas sans conséquences...
Un roman épistolaire moderne qui rend hommage à l'amitié, questionne l'amour, et interroge les choix de vie.

L'auteure :

Laure Manel est l'auteur d'un premier roman, intitulé "Histoire d'@". Il s'agit d'un roman épistolaire moderne. Elle rédige actuellement son prochain roman, dans une forme plus "classique", mais néanmoins originale. Elle s'intéresse aux gens, à leur vie (déroulement, épreuves, grands bonheurs et petites joies du quotidien...). Les thèmes qui lui sont chers : la vie, l'amitié, l'amour, la psychologie et les ressentis, les rapports humains, la famille, les sentiments, la maladie, la mort, le deuil, les choix de vie... Découvrez-la sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/lauremanelauteur/ et sur son site : http://www.laure-manel-auteur.com/

16 sept. 2018

14 sept. 2018

"Black-out Les disparues de South Central" de Cécile DELARUE

Mon retour - Présentation - L'auteure -
Lecture de septembre 2018

Un roman noir ou plutôt un documentaire extrêmement bien rédigé, cette auteure journaliste nous retrace la vie de ces femmes noires avant leur enlèvement, avant leur assassinat. Sources sûres, interviews des policiers, témoins, voisins, familles… Et, de la seule victime qui survivra au tueur en série Lonnie Franklin surnommé "Grim Sleeper". D'autres tueurs sévissent à Los Angeles à la même époque (1980-1990) : Michael Hughes (South Side Slayer), Chester Turner… 5 voir 6 au même endroit. Rien n'est fait, la police ne protège pas sa population, bien au contraire… 

Au fur et à mesure de ma lecture, j'en suis allée à me demander si ces sérial killers n'étaient pas commandités par une population extrémiste, raciste et homophobe, pour éradiquer la femme noire et éviter la procréation! Oui, cela c'est du déjà vu et ça m'est venu tout naturellement car ça y ressemble bien, on pourrait se croire en temps de guerre… 
Discrimination aussi : "Fait de séparer un groupe humain des autres en le traitant plus mal". 

Extrait : "On ne peut pas faire pire ici en trouvant jusqu'à sept sérial killer au même endroit et en même temps. Franchement cette question me taraude sérieusement, pourquoi laisser faire ?" 
Mais en Amérique je cite : "La vérité judiciaire a un prix, surtout aux Etats-Unis" 

L'auteure, journaliste, est partie vivre à Los Angeles et cherche à savoir qui étaient ces femmes violées, tuées… Elle nous en dresse le portrait et se penche aussi sur le pourquoi, pourquoi toutes ses femmes noires, presque toutes droguées, prostituées parce qu'à cette époque, à cet endroit c'était les 80% de la population de ce lieu qui avait ce mode de vie… 
Je cite : "D'abord il y a eu le PCP. Mais avec le crack, tout a changé. La rue même a été infestée par la drogue. Il y en avait partout. Toute la journée sept jours sur sept et vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Plus le soir, bien sûr, mais aussi toute la journée, c'était très agité. Dès qu'une place se libérait un autre la prenait. Et ça recommençait, sans fin…" 

Ce récit se termine sur l'interview d'Enietra Washington en 2017 pratiquement 30 ans après les faits, 30 ans pour lever le voile… 
Une histoire terrible qui m'a fait penser aux documents et interview de S. Bourgoin. 

Voilà, j'ai été époustouflée par ce roman documentaire, j'ai regardé un peu sur la toile avec les noms donnés dans le récit, tout y est…
Un petit mot pour la couverture qui est sublime. 
Je remercie #NetGalleyFrance et les éditions #PleinJour pour cette surprenante et très intéressante lecture. 

Un dernier extrait : " - ça peut sembler loin du sujet, de ce sérial killer qui se permet de buter des femmes en pleine nuit sans jamais être trouvé pendant des décennies, de ces quatre, peut-être cinq, six autres tueurs en série, qui agissent en même temps dans le même quartier de la ville, de cette centaine de femmes disparues à tout jamais dont on ignore pour encore une grande partie d'entre elles ce qui a pu leur arriver, ou même qui les a tuées."



Présentation :

« Ça peut sembler loin du sujet, de ce serial killer qui se permet de buter des femmes en pleine nuit sans être retrouvé pendant des décennies, de ces cinq, peut-être six autres tueurs en série qui agissent dans la même ville, de cette centaine de femmes disparues à tout jamais et dont on ignore pour une grande partie d’entre elles ce qui a pu leur arriver.

Mais le racisme, la police, la violence, les émeutes, c’est au coeur de South Central. Et au coeur de cette histoire. L’histoire de ces parents, qui doivent se contenter d’un seul passage des flics pour apprendre que leur fille est morte, et ne jamais en savoir davantage. »

Après avoir travaillé pour France 2, TF1, 13e Rue, BFM…, Cécile Delarue a tout quitté pour vivre à Los Angeles. Elle collabore notamment à Marie-Claire et Elle.

Elle dresse un portrait saisissant du Los Angeles des années 90, fait d’émeutes, de crack, de tueurs en série, et de celui d’aujourd’hui, toujours marqué par la séparation des communautés, la violence, la défiance envers une police soupçonnée de racisme. Son enquête sur la découverte d’un tueur est aussi haletante qu’un roman policier.

L'auteure :

Après avoir travaillé pour France 2, TF1, 13e Rue, BFM..., Cécile Delarue a tout quitté pour vivre à Los Angeles. Elle collabore notamment à Marie-Claire et Elle. Elle dresse un portrait saisissant du Los Angeles des années 90, fait d'émeutes, de crack, de tueurs en série, et de celui d'aujourd'hui, toujours marqué par la séparation des communautés, la violence, la défiance envers une police soupçonnée de racisme. Son enquête sur la découverte d'un tueur est aussi haletante qu'un roman policier.


13 sept. 2018

"Une coccinelle dans le cœur" de Angie LE GAC

Mon ressenti - Présentation -
Lecture de septembre 2018



Un drame familial qui ne peut que nous émouvoir, quand tout part en vrille dans une vie, garder l'espoir qu'un jour le bonheur arrive, et savoir recouvrir de joie tout ce malheur passé. Personnellement je ne sais pas si je pourrais survivre à tout ça. 
Le personnage d'Elena est très fort, et malgré la maladie qu'elle porte en elle, elle va aller au-delà de ses entraves psychologiques pour rechercher le bonheur et une vie de famille à la hauteur de ses espoirs. La petite coccinelle sera toujours là. 
La bipolarité (trouble maniaco-depressif) est pernicieuse et vicieuse, cette maladie entraîne des dommages irrémédiables si elle n'est pas suivie de très près, trouver le bon régulateur d'humeur peut parfois s'avérer long et tout n'est pas gagné en une seule fois. Toutefois elle n'est pas incompatible au fait d'avoir une famille et des enfants (suivant le stade de celle-ci). Il faut savoir déceler les éléments précurseurs à l'avance, le trop plein d'énergie ou à contrario la forte fatigue, mélancolie, tristesse et dépression… 
Ce roman est très bien écris et j'ai beaucoup aimé cette histoire, même si elle m'a donné la larme à l'œil parfois. Un récit éprouvant, émotionnel, prenant et attachant que j'ai acquis après avoir lu la chronique de Fabienne.






Présentation :

Elena est jeune. Elena est belle. Elena est malade. Parfois, elle a envie de mourir… Mais la plupart du temps elle veut vivre haut et fort, de plus en plus vite, comme sur un immense manège de fête foraine.
Entre ses séjours en clinique et sa vie professionnelle, elle essaie de se construire jour après jour et de trouver sa propre voie vers le bonheur.
Aidée de Simon, son homme-talisman, elle tutoie les anges. Mais la vie en a décidé autrement. Il lui faudra énormément de courage pour surmonter les épreuves qui émaillent son parcours et retrouver peut-être le chemin de la félicité.
Entre romance et drame, découvrez l’histoire d’Elena.

11 sept. 2018

"Noir Vézère" de Gilles VINCENT

Mon retour - Présentation - L'auteur -
Lecture de septembre 2018

Un excellent roman noir qui se décompose en 3 époques dans la vallée de la Vézère. Il y a 17000 ans, 1919 et 2017 la grotte de Lascaux va nous livrer ses secrets. On retrouve à chaque période 2 personnages qui vont faire des découvertes, mais tout n'est pas si simple, à vous de vous y rendre aussi. De jolies descriptions sur cette vallée de la Dordogne, de Lascaux 1 à celle d'aujourd'hui la 4 bien des changements ont eu lieux. Un très bon polar noir que nous livre l'auteur. J'ai eu la chance de le rencontrer en juillet passé au Salon littéraire du Château du Verdoyer (24). Intéressant et instructif.




Présentation :

Il y a dix-sept mille ans, sous une colline de Dordogne, un homme dessine une des plus belles énigmes de l'histoire humaine. En 1919, deux rescapés de la Grande Guerre vont se glisser sous terre, poser leurs yeux sur d'impressionnantes fresques plus que millénaires. De nos jours, emmurés par accident sous les roches de Lascaux, une capitaine de Gendarmerie secondée d'un préhistorien chevronné vont mettre à jour une bien ancienne et mystérieuse scène de crime... Dans ce roman mi-préhistorique, mi-polar contemporain, l'auteur nous offre un voyage fascinant au coeur de toutes ces énigmes. Nous conte la décision d'un homme ; transcender sa condition d'humain en celle d'artiste.

L'auteur :

Après 33 ans dans le Nord et onze ans à Marseille, Gilles Vincent décide, en 2003, de poser valises et stylos dans le Béarn. Depuis quinze ans, il consacre le plus dense de sa vie à l'écriture. Il est aussi l'animateur d'ateliers d'écriture en milieu scolaire, en prison, à l'hôpital... Les pages lues, écrites sont ses poumons, les mots, tout le sang qui l'habite... Auteur de polars connu et reconnu, il a plusieurs fois été récompensé : prix Europolar 2014 pour Djebel, prix Cezam Inter-CE 2014 pour Beso de la Muerte et prix du Mauvais Genre 2015 du Val Vert du Clain pour Trois heures avant l'aube.



10 sept. 2018

"Le septième mois" de Lisa GARDNER

Mon retour - Présentation -
Lecture de septembre 2018


La nouvelle ne fait finalement qu'une soixantaine de pages, le reste est le début du roman qui est sortie en janvier 2018 "Lumière noire " . Une enquête sur le tournage d'un film ou le personnage de DD Warren (série livre) va être en même temps sur le point de donner la vie. Une lecture rapide et qui pour moi aboutie un peu rapidement et facilement. J'ai trouvé que la fin était un peu tirée par les cheveux et trop facile mais ce n'est que mon avis. Une parenthèse à la série DD Warren.





Présentation :

Dans sa nouvelle inédite, Le septième mois, l'auteur best-seller Lisa Gardner nous permet de découvrir un moment privilégié de la vie de son héroïne D. D. Warren : celui où elle va donner naissance à son enfant. Mais, inspectrice de choc, D.D. Warren ne peut résister au danger et cet accouchement pourrait bien être compromis par un meurtre...

Enceinte de sept mois, D. D Warren devrait se reposer, mais, s'ennuyant ferme, elle accepte un petit job de consultante technique sur le tournage d'un thriller dans un cimetière de Boston. La fiction va tourner à la réalité quand on retrouve un des membres de l'équipe du film assassiné...