21 juil. 2017

SORTIE de "GIVREES" de Gina DIMITRI le 28 juillet 2017

Sortie prévue le 28 juillet 2017

**Givrées** de Gina DIMITRI

"La vengeance est un mets
... à dévorer glacé"


20 juil. 2017

"La Geste de Lyon" de Nicolas LE BRETON

Mon avis - 4ème de couverture
Lecture du juillet 2017

Je savais d'avance que ce roman allait me plaire (Lyon étant ma ville natale). J'ai découvert cet auteur à Tulles aux "Rencontres d'encre", et bien sûr je suis enchantée de cette rencontre. Le livre est déjà très beau, ensuite très instructif. On plonge dans le Lyon des années 1300, un sacré bon en arrière. On va suivre Guillaume de Grolée (bâtard de Savoie) entre Rhône et Saône, tout un historique sur la ville documenté par des archives. Trois enquêtes où l'on découvre Anselmus le nain, la famille Chevrier, Hiéronymus le Maître des gargouilles, l'ordre Templier, la cathédrale St Jean en construction… Les 3 textes se suivent et sont agrémentés de plan de l'époque. Complots, énigmes, mensonges et meurtres sont au rendez-vous de cette formidable histoire. Je suis contemplative du travail effectué. Un roman médiéval à lire ou à offrir. Je reviendrais vers l'auteur en espérant le retrouver à Tulle en 2018 car il a d'autres livres qui m'avaient attirée.


4ème de couverture :

Le mal rôde dans les ruelles de Lyon. Un religieux fait une chute suspecte, une jeune femme est retrouvée assassinée. En ce début de XIVe siècle, bien peu d'hommes honnêtes veulent soulever le voile de ces morts honteuses. Philippe le Bel, roi de France, et Amédée, le comte de Savoie, luttent tous deux d'influence pour faire basculer la ville sous leur domination. Les bourgeois de Lyon jouent de l'archevêque contre le chanoine, du royaume contre l'empire. Alors, qui se soucie du sort de ceux qui se vautrent dans le pêché, et trouvent leur juste punition ? Seul le jeune Guillaume-Bâtard, Anselmus le sinistre nain, et l'officier français Barthélemy Chevrier veulent démasquer la créature qui hante et tue, impunie. Mais chacun des trois hommes a ses raisons d'agir, et la vérité n'est qu'un jouet aux mains des ambitions et des calculs politiques. À l'heure ou les passions flambent, tandis que la guerre menace, la justice broie un innocent. Mais qui s'en soucie ?

18 juil. 2017

"Pétrichor" de Frédéric SOULIER

Mon avis - 4ème de couverture
Lecture de juillet 2017

Allons nous promener en Creuse avec l'auteur et rendre visite avec Corinne à sa famille, ses parents et son neveu.
Celle-ci arrive avec son fils pour y trouver refuge pendant quelques temps, le temps de se retrouver… alors, oui c'est un thriller, ce n'est pourtant qu'une nouvelle de 57 pages, oui aussi, mais si l'auteur nous prévient avant ce n'est pas pour rien : "Attention, cette nouvelle peut heurter la sensibilité des esprits les plus délicats." Attention ça dépote !! Effectivement on tombe dans le dénie, la terreur, l'horreur… ha oui il a fait fort quand même et le pire pour moi ce sont les dernières lignes. Machiavélique !! J'ai lu cette nouvelle sur les conseils de Virginie et ne suis pas déçue, bien au contraire, merci 😉



4ème de couverture

Attention, cette nouvelle peut heurter la sensibilité des esprits les plus délicats. 

Corinne, jeune française vivant à Berlin, fuit un mari infidèle et violent. Accompagnée de son fils de dix ans, elle trouve refuge au fin fond de la Creuse, dans la ferme de ses parents, paisibles agriculteurs retraités. Ce séjour va être l'occasion de remuer le souvenir de sa sœur et lever des secrets de famille profondément enfouis.

"Invasion, les terres de bruyères" Astimov T2 de CETRO

Mon avis - Extrait - 4ème de couverture
Lecture de juillet 2017

L'animal Cetro m'a encore bien fait rire dans ce second opus "d'Astimov".
On y retrouve nos personnages et bien sûr d'autres arrivent… 
J'ai pensé à Sandrine pendant cette lecture il faudrait qu'elle y jette un œil!!
Après avoir fini leur première quête, ce petit groupe va devoir repartir pour sauver d'autres contrées, l'effet boule de neige. 
Ce récit est drôle, très imagé malgré que ce soit du fantastique, les dialogues et personnages sortis tout droit de l'imaginaire de l'auteur sont attendrissants, atypiques et voguent tous vers un même chemin. J'aime beaucoup me retrouver dans ce style de récit fantastique jeunesse, où j'ai l'impression de voyager dans le temps, que oui il serait possible que certaines situations se révèlent juste… C'est mon côté naïf et enfantin qui ressort… (bah oui même à mon âge !!)
Je vous laisse apprécier le phrasé de l'auteur dans cet extrait : 
 « Si les amateurs de boissons alcoolisées traditionnelles sont généralement hauts en couleur, en comparaison, les consommateurs de vin de patamou les auraient fait passer pour de pâles courtisans poudrés, largement éclipsés en intensité colorimétrique et sonore. »
Je suis toujours admirative devant cette diversité de vocabulaire qu'a Cédric.
Un deuxième petit extrait juste pour donner le ton de ce roman : 
« Boulou était à la fois dégoûté et admiratif... quelque peu effrayé aussi, de voir le monde changer aussi vite, songeant que le mal était sûrement plus profond qu'ils ne l'avaient soupçonné. » 

Voilà pour les amateurs de fantastique, lâchez-vous, n'hésitez pas le lire. Le troisième tome m'attend et je vais m'en délecter au vue du nombre de pages.



4ème de couverture :

La suite de "Efène: la vallée des géants".
La victoire sur le démon Efène procura à nos modestes héros un bonheur inégalé. Pourtant, la portée de ses actes allait avoir des répercussions inattendues.
Le peuple moumou allait faire appel à leur aide, pour sauver le monde d'une terrible invasion.
Astimov et ses camarades allaient reprendre du service, pour le meilleur...ou bien pour le pire.
La suite, et fin de la trilogie, "L'ours : le territoire des roches qui parlent" est disponible à la vente.

15 juil. 2017

"Mal Barrée" de Lou VERNET

Mon avis - 4ème de couverture
Lecture de juillet 2017


Malicieuse Lou qui nous fait nous poser des questions tout en se révélant, un peu, beaucoup… Qui es-tu, qui suis-je ?? Tu m'a bien fait rire aussi…

Amoureux de littérature vous devriez avoir ce livre dans vos bibliothèques, je vais le garder près de moi pour le consulter de temps en temps.

L'auteur est une femme exceptionnelle pour l'avoir rencontrée je dirais aussi dynamique et souriante, proche et à l'écoute. Alors je m'adresse à toi Lou suite à la question que tu me poses dans ta dédicace :
je suis …
… toujours en suspension… dans le rêve… lorsque mes yeux s'égarent mon cerveau déconnecte, souvent… on me rappelle à l'ordre !! (ho tu m'écoutes)... J'aime regarder la lune sans m'apercevoir du temps qui passe et je suis heureuse comme ça… 

Tu es unique, tu es toi et j'apprécie énormément ta personnalité, ne bouge rien…
Merci Lou pour ce merveilleux récit.




4ème de couverture :


"... On pense aussi souvent que je suis une originale, indisciplinée et contrastée, moitié chausson rose moitié chausson bleu et donc certainement pas les deux pieds dans le même sabot. Une légende d'artiste rebelle doublée d'un Donjuanisme facile et immature. Les clichés et les raccourcis ont la vie dure. Je me dois de rétablir la vérité, aussi cruelle et misérable soit-elle. Je suis bien plus binaire, tant pis pour ma réputation. Adieu Princesse. Bienvenue Mal barrée".




"Woorara" de Sébastien VIDAL

Mon avis - 4ème de couverture
Lecture de juillet 2017

J'ai rencontré Sébastien Vidal début mai au Salon du livre à Tulle, on a fini la soirée à la même table, et ce fut extrêmement agréable.

Un roman policier basé sur une histoire qui se déroule en Corrèze sur le plateau de Millevaches, et se raccroche à un passé en Serbie. Le récit démarre sur la découverte d'un cadavre et va remonter crescendo vers une énigme bien plus tortueuse qu'elle n'y parait, sous une tiédeur oppressante.

Il y a quelque chose dans ce roman qui dégage de la chaleur émotionnelle, je ne sais pas l'expliquer autrement. Tous les personnages ont quelque chose d'empathique, le groupe de gendarmes ainsi que le meurtrier. L'auteur a su aussi dégager une agréable image de cette région qu'il nous fait découvrir, de beaux paysages. Une réalité sur la misère rurale que je visualise bien dans le Périgord voisin du Limousin. Le quotidien des gendarmes et leur passion pour ce métier.

J'ai bien noté qu'il y aurait un autre roman en approche : "Carajuru", et bien je vais l'attendre avec impatience et je vous conseille de vous plonger dans cette première enquête. Je compte bien retrouver Sébastien, l'année prochaine, au Salon de Tulle, j'aurais bien des questions à lui poser…



4ème de couverture :

Un homme criblé de trois balles est découvert dans un hameau isolé, sur le plateau de Millevaches. Tout porte à croire que le travail est l'oeuvre d'un professionnel. Pilotée par l'intraitable juge Laîné et le colonel Tognotti, l'enquête est confiée à un groupe de gendarmes. Parmi eux, l'adjudant Walter Brewski, une forte tête spécialiste de l'intervention. L'équipe n'a que très peu de choses à se mettre sous la dent. La victime semble tombée du ciel ; le tueur n'a laissé aucune trace. Pas de mobile apparent ni d'arme du crime. Seule la course-poursuite engagée avec une mystérieuse berline la nuit du meurtre donne un peu d'espoir aux limiers de la gendarmerie, le nez collé à la piste poussiéreuse d'un assassin insaisissable et invisible. Sous une chaleur caniculaire, un deuxième cadavre apparaît, présentant le même modus operandi… Parce que le présent se noue ici dans les méandres d'un passé, où couvent encore les braises de la haine et de la vengeance, l'affaire entre dans un tourbillon survolté et diabolique.


11 juil. 2017

"Efène, la vallée des géants" de CETRO

Mon avis - 4ème de couverture
Lecture de juillet 2017

Efène, la vallée des géants : premier tome de la trilogie "Astimov" de Cédric Veto. Une très belle histoire fantastique pour enfants, adolescents et adultes. Tim va nous présenter dans le début de ce récit ses grands parents Papi Neamboule et Mamie Neanlon, son ami Touffu. On va se rendre dans la vallée des géants au pied du Mont Thycul… Vous l'aurez compris pour ceux qui connaissent l'auteur oui c'est bien du Cetro, allégé, mais pleins de sous entendus et de jolis jeux de mots. Une catastrophe va survenir dans cette vallée et ses 4 personnages vont devoir partir voir d'où vient le mal. J'essaie de ne pas trop en dévoiler. Ils vont rencontrer divers personnages tous bien différents les uns des autres mais tout aussi complémentaires. J'ai été enchantée de m'incruster au milieu de tout ce petit monde et de faire partie de cette aventure. Un roman profond, riche en vocabulaire, pleins d'humour et d'amour. Une histoire de vie avec ses aléas et ses belles rencontres… non je ne dis plus rien, à vous d'aller y jeter un œil. J'adore ces histoires.




4ème de couverture :

Rien n'aurait su troubler le calme et la sérénité de la vallée. L'eau, riche en alluvions et abondante, charriait dans son sillage la promesse d'une végétation luxuriante et de récoltes de qualité, rentables et nourrissantes. La quiétude des habitants n'avait d'égale que leur joie de vivre. L'endroit était certes spécial, et son nom évocateur ne laissait aucun doute sur sa particularité. En effet, des siècles auparavant, la vallée abritait de nombreuses lignées d'animaux géants. La chose aurait pu passer pour de simples contes, agréables aux oreilles des enfants le soir au coin du feu, ainsi qu'à celles des piliers de comptoir, alimentant des discussions généralement plutôt arrosées. Cela aurait pu...s'il ne subsistait quelques représentants, rares certes, mais bien réels, de ces lignées géantes. La ferme des Neamboul comptait fièrement, dans les rangs de son cheptel, deux magnifiques chiens gardiens de troupeaux, géants placides, fiers descendants des lignées de légende, blancs comme neige, aussi beaux et bienveillants pour les leurs, qu'impressionnants et redoutables pour tout agresseur potentiel. Ils veillaient sur la vallée, immenses, sans jamais abuser de leur force. Non loin de la ferme vivait le seul autre "géant" connu. Un vieux blaireau, du nom de touffu, discret, réputé pour ne jamais créer d'ennuis, vivait en bonne harmonie avec les habitants de la ferme Neamboul . Chaque été, le petit Astimov venait rejoindre ses grands parents dans cette jolie ferme de pierre et de lierre mêlés, au toit de chaume accueillant, Le jeune garçon possédait un don peu commun: il comprenait et pouvait communiquer sans peine avec tout animal. De ce don naquit, au fil des ans, une amitié sans faille entre l'enfant et le sage blaireau. Cette année là fut spéciale, et la sérénité éternelle des lieux fut troublée par la résurgence de vieilles légendes. Un matin, la nature d'ordinaire si généreuse décida de ne plus gratifier la vallée de son bien le plus précieux: l'eau ne leur parvenait plus des hauteurs, toutes sources ou torrents tristement asséchés. La faute en fut vite imputée à Eféne, vieux démon oublié, resurgissant dans toutes les discussions dés qu'un problème ou une vive inquiétude survenait. Faisant fi des légendes, n'en croyant pas un mot, Tim et touffu allaient donc enquêter sur l'origine de cette soudaine sécheresse, bien décidés à ramener le saint graal. Au fil de leur périple, de multiples rencontres amèneront autant de réponses que de nouveaux questionnements. Efène existait il réellement, était il responsable de ce remue ménage? Quant au monstre qui occupait depuis peu bien des esprits, était il réel ? Moitié ours, moitié ogre selon les racontars, cet effrayant "personnage", vivant dans une grotte aussi sombre que son pelage, leur serait il hostile? L'Ogrizzly allait il leur barrer la route, les dévorer et se faire des colliers de leurs ossements? Coûte que coûte, entre croyances et réalité, les deux amis affronteraient leurs peurs et braveraient tous les dangers. Roman d'aventure fantastique , avec en toile de fond une réflexion sur certains penchants de notre société. Accessible à tous, pour le simple plaisir de vivre les aventures de tim ou pour y chercher les messages filigranés, Efène saura séduire des plus jeunes aux plus vieux. La lecture doit être accessible à tous, et ne plus effrayer ceux qui y sont réfractaires, rien de rébarbatif ici. N'oubliez pas...l'imagination des lecteurs fait autant la qualité d'un récit que celle de son auteur. Chacun réinvente l'histoire en fonction de son vécu et de ses sensibilités, les mots de l'auteur ne sont finalement posés là que comme des jalons, miettes de pain jetées pour le guider dans les méandres de son propre esprit. Et quand il s'agit de Cetro...ce n'est jamais assez.