16 août 2019

"Naissance" de Isabelle VILLAIN

Mon retour - Présentation -
Lecture d’août 2019


Une nouvelle de 25 pages et je crois savoir que c'est une première pour l'auteure. Vous pouvez télécharger celle-ci sur le site des éditions Taurnada gratuitement et légalement. L'histoire débute en 1911 et se termine en 1950 par la découverte de deux corps. Une pointe d'intrigue, de culturel, dans un environnement Parisien à l'ancienne. Une petite histoire bien menée et maîtrisée dans l'écriture. Une fin inattendue et très plaisante. Voilà comment passer un quart d'heure bien agréablement. Merci aux éditions et à l'auteure.





Présentation :

1911, Émile Chapuis, un jeune restaurateur, se prend d'affection pour un artiste sans le sou. Il accepte une peinture en échange de quelques repas chauds. Cet artiste s'appelle Marc Chagall.
1950, Émile Chapuis est retrouvé assassiné chez lui. La toile de Chagall a disparu. La police pense immédiatement à un cambriolage qui aurait mal tourné.
Mais la réalité est bien différente. Sordide et cruelle.

"En apnée" de Sylvain PAVLOWSKI

Mon retour - Présentation -
Lecture d’août 2019


Un thriller politico sociétale et financier aux intrigues très tortueuses. L'environnement, le fleuve, la pluie, une catastrophe d'envergure jamais atteinte va approfondir et donner un ressenti pesant à ce roman. Je dis pesant dans le bon sens, plus on avance dans l'enquête plus le temps se déchaîne et on se retrouve dans un imbroglio à démêler, sous un temps très gris et lourd. On retrouve ici Pauline Rougier commandant de police à la Brigade Criminelle de Paris, qui dirige cette enquête et sera mise à mal par les auteurs de crime. Je l'avais découverte dans le premier roman de l'auteur : La menace Blackstone, que j'avais beaucoup apprécié. De Paris à New-York l'étau se resserre. C'est Jack, son compagnon, qui après la découverte d'un suicide, sera menacé à son tour. Tout se joue contre la montre avec la montée des eaux. Un roman très dense avec de nombreux protagonistes, des chapitres nous amenant vers chaque personnages essentiels à l'histoire. Pour ceux qui désirent en savoir plus, lire le résumé. J'ai particulièrement apprécié les scènes se jouant avec la montée des eaux, à contrario des actes plus politique. Voilà pour ce thriller qui ne manque pas de matière, par contre une fin qui m'a un peu laissée sur ma faim…  Troisième opus avec Pauline Rougier, mais peut se lire indépendamment des deux précédents. J'aime particulièrement cette couverture et le titre est bien trouvé. A suivre je pense.





Présentation :

Paris est en proie à une crue sans précédent, bien pire que celle de 1910. La Seine monte, inexorablement, menaçant de tout emporter, face à des pouvoirs publics impuissants, incapables d’éviter la destruction de la Capitale, et à une population désemparée qui cède à la panique.Dans ce contexte de chaos imminent, Pauline Rougier, commandant de Police, de retour à la Brigade criminelle, se trouve propulsée dans une enquête politico-financière après l’assassinat retentissant d’un banquier de premier plan en plein centre de Paris, tandis que Jack Campbell, journaliste au Times de passage à New York, découvre un lien entre cette affaire parisienne et le suicide du PDG d’une start-up de Manhattan. Au cours de cette enquête, de pressions politiques en poursuites meurtrières, Pauline et Jack devront trouver les ressources nécessaires pour déjouer les menaces qui pèsent sur eux et sauver leurs vies. Entre illuminés sectaires, trafiquants de cryptomonnaies, blanchiment d’argent sale et ex-officiers du KGB, toutes les pièces d’un puzzle complexe se mettent en place dans ce troisième opus mené tambour battant.
En apnée, la troisième enquête de la série « Commandant Pauline Rougier » est un roman dense et puissant dans lequel le suspense monte au rythme implacable des eaux de la Seine.

12 août 2019

"Le Glork" de Guillaume CARBONNEAUX

Mon ressenti - Extraits - Présentation -
Lecture d’août 2019

Le Glork : Les aventures interstellaires du Poitou-Charentes

Je ne pensais pas avoir un coup de cœur pour ce livre humoristique avec lequel j'ai passé un excellent moment. Des personnages qui ont un imaginaire débordant naviguent au bord du Poitou-Charentes de planète en planète. Inutile de vous dire que l'on ne sait pas tout, loin de là, ici ce sont les acteurs de ce roman qui font l'histoire, l'auteur fait ce qu'il peut, quand on lui laisse la plume pour écrire.

  • "Bah, on recrute qui ? Des humains, des Blub, des Krakignos, des Tezihfzievhozv ? Hamète : — Ôtez-moi d'un doute, pour la dernière race que vous avez citée, l'auteur a tapé n'importe quoi sur son clavier, hein ?"

Sauver le monde des Glorks qui a été détruit par inadvertance à la place de celui des Glörks, voilà leur mission. Savoir que l'auteur est en cours d'écriture pour le second enfin je pense qu'il essaie… me met en joie.

  • "Denhay : — Mais que prévoyaient les Glörks ? Qu'est-ce qu'ils voulaient aux humains ?
Glork : — Les asservir, les contraindre à l'esclavage. Ils voulaient leur faire boire de la bière à longueur de journée contre leur volonté pour les faire pisser sans arrêt."

J'avais laissé de côté ce livre numérique depuis trop longtemps, bien m'en a pris de le lire, ça fait tellement plaisir de s'éclater sans réfléchir dans une lecture.  Comme le précise le résumé il n'y a presque que du dialogue et c'est tant mieux, car ici, c'est justement ce qui fait que ce roman est atypique, joyeux, d'une belle maîtrise d'écriture. Ce qui n'était pas évident avec ce style de personnages. J'ai adoré et pris beaucoup de plaisir dans cette lecture. Biliblip, biliblip…





Présentation :

Un roman de Science-fiction humoristique presque entièrement composé de dialogues (absurdes) et très inspiré de l'humour anglais !Après avoir presque détruit une civilisation entière par inadvertance, le Capitaine Hamète et son équipage se sont mis en quête de sauver le dernier survivant de la race des Glorks, et par la même occasion de profiter de ce qu’il y a de meilleur en cet univers : l’argent, la gloire et Iron Maiden. Ils traverseront le temps et l’espace jusqu’aux confins de la galaxie. Ils feront de nombreuses rencontres et devront faire face aux pires ennemis possibles : leurs propres choix.

8 août 2019

"Lectio Letalis" de Laurent PHILIPPARIE

Mon retour - Extrait - Présentation -
Lecture d’août 2019


Comment ne pas regarder un livre différemment. L'auteur a fait un sacré bond en avant avec ce thriller. Un flic hors du commun va dépasser la légalité avec une obsession non dissimulée pour les sectes, une suspecte, seule rechapée d'un massacre, sera son point de mire. De Paris à Bordeaux, deux enquêtes, un rythme effréné entraînera Gabriel et Anna vers l'impensable.

Au début :
  • "Alexandre ouvrit à la volée la porte de son studio, le visage transporté d'allégresse. Il venait de décrocher un poste d'assistant d'édition dans la prestigieuse maison Paul Gerber. c'était pour lui une formidable opportunité. À vingt-huit ans, il allait enfin réaliser son rêve, devenir un passeur de lumière : un éditeur…"

Le pouvoir et l'argent, l'humanité et la vérité, qui gagnera dans cette intrigue menée intensément. Le psyché des acteurs sera malmené, jusqu'au point de rupture. Un tout qui nous enchaîne à cette lecture addictive jusqu'à cette inéluctable fin… Ce livre fait partie de ceux que j'ai acquis au salon "Noir Vézère" avec la seconde rencontre de l'auteur. Bravo Laurent!!




Présentation :

Oserez-vous tourner les premières pages du LECTIO LETALIS ?

Paris. Un assistant d'édition tout juste embauché se tranche les veines à la lecture du premier manuscrit qui lui est confié. C'est la troisième fois, en quelques semaines, que le même scénario-suicide se produit dans cette maison d'édition. 

Bordeaux. Le lieutenant Gabriel Barrias, ancien indic devenu flic, enquête sur l'assassinat atypique d'un psychiatre massacré par un rapace, dans son cabinet, en pleine consultation. 

Deux affaires éloignées en tout point, et pourtant. Un nom apparaît des deux côtés. Celui d'Anna Jeanson, qui fut, dix ans plus tôt, l'unique survivante d'un suicide collectif survenu dans une secte dressant des animaux à tuer. 

Un livre et des oiseaux qui tuent, personne ne pourrait y croire. Mais sous la plume de Laurent Philipparie, capitaine de police, tout est si vrai que c'en est effrayant.


7 août 2019

"Les régressions de Richard Bachman (1)" de Frédéric SOULIER

Mon retour - Extrait - Présentation - La série -
Lecture d’août 2019


Et le 100ème avis de l'année revient à : Frédéric Soulier pour "Les régressions de Richard Bachman (1) Kurt Cobain n'est pas mort…
Allez savoir pourquoi lorsque j'ai lu ce nom (qui était l'auteur compositeur guitariste de Nirvana) j'ai fait l'amalgame avec Korben Dallas du 5ème élément! (le film avec Bruce Willis). Je crois que, à force de lire des textes complètement déjantés, je le deviens complètement. Enfin bref, l'environnement de ce récit est quand même aussi du style science-fiction, fantastique, fantasy, on touche ici au temps et à la civilisation d'aujourd'hui. Et c'est avec Subrahman Chopra que Bachman va avoir affaire.

  • "Subrahman Chopra ferma la porte de chez lui à double tour. Ses quelques connaissances ne devaient pas venir le déranger. Rien ni personne ne devait entraver la marche de la science. La probabilité était faible. Il n'avait plus du tout de famille, hormis quelques parents éloignés, et les rares amis qu'il s'était faits en 76 ans étaient presque tous morts ou à l'autre bout de l'Inde. Il avait consacré l'essentiel de son existence à sa quête, sans trop savoir au début en quoi elle consistait. Elle ne s'était concrétisée que dans les quinze dernières années."

Allez donc voir le résumé pour en savoir plus si vous le souhaitez. L'auteur nous propose un premier récit pour cette série avec des références à plusieurs romans de Richard Bachman (qui ne le connait pas?!), les noms des personnages sont plus ou moins stylisés mais pour ceux qui connaissent on s'y retrouve sans problème. Sachant qu'il y aura plusieurs épisodes je m'attendais à cette fin et heureusement j'ai le second… et je viens de voir que le troisième est sorti en juillet. L'écriture de l'auteur n'est plus à prouver pour moi, ses histoires, peu importe le genre, sont toujours un régal. Et cerise sur le gâteau à tout petit prix ridicule. A suivre bien sûr…






Présentation :


Richard Bachman, 67 ans, est l'écrivain le plus riche et célèbre de sa génération. Une terrible maladie neurodégénérative le condamne hélas à une totale invalidité et à une mort prochaine. Le but de Bachman, avant de mourir : terminer sa saga mystique, Le peuple des Sept Feux. 
Alors qu'il pense ne plus avoir qu'une ou deux années à vivre, il reçoit une étrange proposition de la part d'un de ses fans ; celui-ci aurait la solution à son plus gros problème. 

Les régressions de Richard Bachman est un roman de science-fiction qui paraîtra par épisodes. Kurt Cobain n'est pas mort est le début d'une épopée riche en rebondissements.

La série :

Les régressions de Richard Bachman :
1 - Kurt Cobain n'est pas mort
2 - Les sales jours
3 - Extraball !