16 juin 2018

"Tout un été sans facebook" de Romain PUERTOLAS

Mon retour - Présentation - Extraits - L'auteur
Lecture de juin 2018


Je me suis éclatée à lire ce livre, je ne m'attendais pas à ça du tout alors ne vous fiez pas au titre. C'est un polar d'un humour décapant. Tout un tas de références littéraires et autres font parties intégrantes de ce récit. Je ne veux pas en dire plus un "poilar" complètement loufoque, une belle découverte. Voilà si vous voulez passer du bon temps allez-y.

Juste deux extraits :

" L'homme sourit à nouveau (provoquant sans le savoir le crash d'un avion piloté par une femme à quelques milliers de kilomètres au-dessus d'eux). Puis il épongea son cou luisant avec la paume de sa main comme dans une publicité de gel douche (provoquant le crash d'un autre avion en Russie ainsi que l'évanouissement de cent trente-quatre jeunes fille).

" - Vous fondez.
  • Pardon?
  • Vous fondez, répéta l'homme.
  • Vous vous croyez à ce point irrésistible?
  • Non, vous fondez vraiment.
Il signala la main de la policière d'un mouvement du menton et Agatha s'aperçut que le chocolat du donut, qu'elle tenait depuis le début, s'était décomposé et s'écoulait en longs filaments noirs jusqu'au sol…."





Présentation :

Mutée disciplinairement à New York, Colorado, un petit village raciste du fin fond de l'Amérique, sans couverture mobile et où il ne se passe jamais rien, la lieutenant de police de couleur noire, à forte corpulence, Agatha Crispies a trouvé un échappatoire à son désoeuvrement dans l'animation d'un club de lecture au sein du commissariat. Mais alors qu'elle désespérait de pouvoir un jour enquêter à nouveau sur un meurtre autre que celui d'un écureuil, une série d'effroyables assassinats et disparitions viennent (enfin) troubler la tranquillité des lieux, mettant à l'épreuve ses connaissances littéraires. Puértolas signe un drôle de thriller loufoque, un poilar !

L'auteur :

Romain Puértolas, né le 21 décembre 1975 à Montpellier, est un écrivain français. Son premier roman publié (mais huitième écrit), L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea, a été considéré comme un phénomène d'édition avec des droits de traductions acquis dans trente pays avant même sa parution originale en France.
Plus d'informations sur www.romainpuertolas.com et son actualité sur Facebook.

14 juin 2018

"La voix de mon père" de Brigitte LECHANTEUR

Mon retour - Présentation - L'auteure
Lecture de juin 2018

Une énigme familiale. Très souvent au décès d'un parent nous sommes confrontés à faire des découvertes. Quelques fois celles-ci sont joyeuses mais peuvent aussi être étranges, voire suspectes, et nous amènent à creuser dans le passé pour vivre son présent. C'est ce que va faire Patricia ici. On va voyager à ses côtés pour essayer de démêler ce qui est réellement arrivé à ce père parti trop vite. Émotions et voyages sont au rendez-vous. Un roman intéressant, bien écrit, je remercie l'auteure de me l'avoir fait découvrir.




Présentation :

Trop tard. Elle a enclenché la cassette. La voix de son père disparu quinze ans plus tôt s’élève. Rien ne sera plus jamais comme avant. Avant qu’elle ne découvre ce secret de famille, avant que sa recherche de la vérité ne l’emmène aux confins de la désillusion.
De Paris en Belgique, d’Équateur en Grèce, elle tire le fil d’Ariane, mais la vérité a un prix : ce père qu’elle a aimé à la folie, cet homme de devoir, a-t-il vraiment fait cette chose monstrueuse ?

L'auteure :

Brigitte Lechanteur 
ou le désir de ré-enchanter ma vie...
Aujourd’hui, chacun peut ré-enchanter sa vie.
Les nouvelles technologies, ces forces vives de communication, nous incitent à nous connecter les uns aux autres ; je veux croire que c’est pour un mieux.
L’homme connecté n’est peut-être pas moins seul, mais s’il souffre moins, quelle importance ?
Un vent nouveau souffle.
En me lançant dans cette aventure d’auteur indépendant, je me suis sentie portée par le projet d’être lue, en symbiose avec des auteurs animés par une vraie joie d’écrire.
Aussi, cher lecteur, à ce stade de notre relation, voici ce que je peux te dire à mon sujet :
Dans ma paume de main, la ligne de cœur est prise depuis des années. Un homme, deux enfants.
Ma ligne de tête est continue alors que je l’imaginerais volontiers segmentée de pointillés ; je suis multitâche, je ne peux pas vivre autrement et je me cherche encore.
Cette ligne de tête a toujours été squattée par l’écriture, avec des moments d’euphorie et de découragement.
En pointillé, de 18 à 35 ans, elle se gorge de théâtre, de comédie, de production de spectacles vivants, d’une faillite.
De 35 à 50, pointillés serrés, direction administrative d’un groupe audiovisuel, on remet les compteurs à zéro.
À partir de 50, lignes espacées, reprenons la plume, profitons de la Vie car même si la ligne paraît longue, un jour elle s’arrête.
Carpe diem…
Enfin ?

13 juin 2018

"Iboga" de Christian BLANCHARD

Mon ressenti - Présentation - Définition - L'auteur
Lecture de juin 2018


Bluffant, voilà pour moi un vrai thriller. Je m'explique : thriller pour moi veut dire peur, très peur, et ce roman m'a fait très peur dans le sens où tu te demandes comment tu peux avoir de l'empathie pour Jeff. Comment l'auteur arrive à une telle situation alors qu'elle est complètement irrationnelle… la vrai peur de te dire mais comment est-ce possible !? Si le nom de Karin Giebel est associé à ce livre ce n'est pas pour rien, il m'a rappelé effectivement un de ses romans et la façon de te retourner le cerveau envers les personnages. Psychologique, maléfique, efficace, prenant à en avoir des frissons. L'auteur a su m'emmener là où il voulait. Bravo !!! Un huit clos complètement addictif.





Définition de l'Iboga :

L’iboga est une plante psychotrope très puissante, traditionnellement utilisée dans certaines régions d’Afrique Noire par des sorciers et guérisseurs locaux. Au Gabon, elle est associée à la religion Bwiti et ses impressionnantes cérémonies liées au culte des ancêtres. L’ingestion d’une mixture à base d’iboga permettrait d’entrer en contact avec leur esprit. Selon certains chercheurs et d’anciens pharmacodépendants, elle aurait, par ailleurs, la particularité de guérir les addictions aux drogues telles que l’héroïne, la cocaïne, mais aussi l’alcool et les anxiolytiques. Dans un cadre rituel approprié, elle permettrait également une forme de psychothérapie intensive et radicale. 


Présentation :

Pire que la peine de mort : la réclusion à perpétuité... 
28 octobre 1980. Jefferson Petitbois, condamné à la peine de mort, est incarcéré à la maison d'arrêt de Fresnes. Pour rejoindre sa cellule dans le couloir de la mort, il croise la " Louisette ". 
Comme un outrage à la dignité humaine, un doigt d'honneur à la vie, la guillotine trône au milieu de la cour.
Accompagné de deux gardiens, il la frôle et sent son odeur de graisse et de limaille. 
Dix-sept ans ! Suffisamment grand pour tuer donc assez vieux pour mourir...
Deux ans auparavant, Jefferson avait rencontré Max, son protecteur et mentor. Iboga était alors entré en lui. Iboga l'avait rendu plus puissant. Immortel. Meurtrier. 
Une fois, Max m'a dit quelque chose que j'ai compris plus tard : Si tu commences à mentir, mec, tu seras obligé de le faire tout le temps et tu seras piégé un jour parce qu'il y aura des incohérences, des trucs qui n'iront pas ensemble. En revanche, si tu dis la vérité, tu ne seras jamais mis en défaut.
J'ai dit la vérité aux flics, avocats, juges et jurés. J'ai pris perpète et failli avoir la tête tranchée.
Ce livre raconte la vérité... La vérité selon Jefferson Petitbois... Un homme trop jeune pour mourir.

L'auteur :

Après des études de sociologie, Christian Blanchard, d'origine bretonne, a passé vingt-cinq ans au sein d'une institution publique. Il se consacre aujourd'hui à l'écriture. 
Il est l'auteur de Parasite (2012, sélectionné pour le prix intramuros), Les loups gris (2013), Curriculum Vitae (finaliste du prix du polar francophone de Cognac 2014), Pulsions salines (finaliste du prix du polar francophone de Cognac 2015) et L'Immortelle qui pleurait les morts, parus aux éditions du Palémon. La salamandre de Kerpape (2014) est paru aux Éditions Chemin Faisant.

11 juin 2018

"Hanna était seule à la maison" de Carin GERHARDSEN

Mon retour - Présentation
Lecture de juin 2018


Un thriller suédois qui se met en place avec plusieurs scènes de crimes. Deux histoires très tortueuses vont se mener de front. Beaucoup de détails, de matières, les personnages sont décortiqués. Ce roman est le second d'une série du "commissariat d'Hammarby". Des drames autant physiques que psychologiques vont nous torturer l'esprit. Tout est logique dans la construction de ce récit à nous lecteurs de démêler toutes ces histoires. Petit bémol sur la fin que j'ai trouvé écourtée. Sinon une très bonne lecture et je récidiverais sûrement.





Présentation :

Les policiers du commissariat d'Hammarby doivent agir vite. En très peu de temps, deux affaires de meurtre échouent sur le bureau du commissaire Conny Sjöberg. Une jeune fille, issue d'une famille à problèmes, est étranglée sur un ferry qui fait la liaison entre Stockholm et la Finlande. Sa petite soeur de 14 ans se retrouve seule, confrontée à une situation qu'aucune adolescente ne devrait connaître. En faisant son jogging, l'inspectrice criminelle Petra Westman découvre au milieu des buissons un nourrisson dans un état d'épuisement avancé, à proximité du cadavre d'une femme sans aucun papier d'identité. Au même moment, une petite fille de 3 ans se réveille et découvre qu'elle est seule chez elle. Son papa est en voyage à l'étranger et sa maman est sortie avec son petit frère. Hanna se retrouve sans personne, enfermée à clé dans l'appartement familial. Et le temps s'écoule...

"Pensées clandestines" de Lou VERNET

Mon retour - Présentation - Extraits
Lecture de juin 2018

Les mots de Lou sont les pansements de l'âme, à la fois pleins d'espoirs, d'amour et de vie. Mais aussi de tristesse et de vérité. Parfois sensuels ces mots nous percutent aussi par des sourires et toujours cette envie d'aller plus loin, la vie il faut la vivre… Quand on a rencontré Lou on l'entend parler dans ces textes, c'est magique. Sublimes récits, poèmes, citations, j'en cite deux qui m'ont touchée. De la belle littérature, à lire, relire, offrir.




Extraits :

  • « Ecrire c'est ne pas savoir dire. C'est s'être trop tu.»


« Que celui qui désire se souvenir de toi, sache te trouver en lui à chaque instant plutôt qu’une fois en ton cimetière. » 


Présentation :

Tout laisser tomber.
Ce qu'on avait à faire, ce qu'on faisait.
Tout donner à l'autre,
Prendre le temps d'être avec lui.
Cinq minutes ou une heure,
Complétement là.
S'apercevoir que cet autre n'était que soi,
Qui attendait qu'on le prenne dans ses bras.

9 juin 2018

"Mör" de Johana GUSTAWSSON

Mon retour - Présentation
Lecture de juin 2018



Un roman monté en triptyque, hanté par l'histoire de Jack l'éventreur. Tout ça donne le ton de ce thriller d'exception. Je savais que ce serait un coup de cœur. Dès le premier crime on sait que ça va être appétissant… La vie de chaque personnages va être décortiquée et reconstruite pour nous révéler une fin en apothéose. Je ne peux en dire trop au risque de dévoiler, je trouve que le résumé en dis assez, d'ailleurs je ne le citerais pas en entier. Après "Block 46" Johanna nous démontre encore une fois qu'elle a une grande maîtrise de l'écriture et de la manipulation de ses lecteurs. Amateurs de thriller à lire absolument.







Présentation : (écourtée)


Après Block 46, le duo d’enquêtrices Emily Roy (profileuse de renom, froide et parfois curieusement maternelle) et Alexis Castells (écrivaine de true crime) revient pour une enquête terrifiante qui explore, cette fois encore, l’histoire et les liens familiaux. 

On retrouve, en Suède, un cadavre de femme amputé de plusieurs kilos de chair : les seins, les hanches, les cuisses et les fesses ont disparu. Au même moment, à Londres, Emily Roy enquête sur une disparition inquiétante : une actrice célèbre a été enlevée, et ses chaussures abandonnées à proximité de son domicile, dans un sac plastique, avec une paire de chaussettes soigneusement pliées dedans...

7 juin 2018

"Caves sanglantes" de Floryan DESPRES

Mon retour - Présentation
Lecture de juin 2018


Un roman noir où un drame familial s'est déroulé il y a quelques années à Valencienne. Second roman de l'auteur que j'ai la chance de lire et je dois dire que l'écriture est plus posée et précise, une bonne avancée. Un récit pas trop long où l'angoisse est bien maîtrisée. Une petite touche de fantastique pour corser l'aventure et l'on peut descendre dans ces caves où l'action va prendre toute son ampleur. Je remercie les personnes qui m'ont proposé cette lecture, j'ai bien apprécié. Amateurs d'angoisse à suivre.





Présentation :

« Ta mère est enterrée à Valenciennes »

Cet étrange message pousse Elsa, jeune enseignante parisienne, à revenir sur les lieux de son enfance. Qui cherche ainsi à l’attirer sur les traces d’un passé dont elle n’a plus qu’un vague souvenir ? Dans quel but ?
Rencontres fortuites et retrouvailles familiales douloureuses vont rapidement plonger Elsa dans l’horreur…