30 mars 2018

"Les larmes des cigognes" de Lawren SCHNEIDER

Mon ressenti - Présentation
Lecture de mars 2018

Coup de cœur, et encore un !! Je suis partie très loin dans ce thriller historique. Une histoire en trois temps, d'ailleurs à un moment donné, tellement prise dans la lecture, je me suis perdue à ne plus savoir le début. Tambov 1943, Gambstett 1986 et aujourd'hui. La région dans laquelle l'auteur nous emmène je ne la connais pas du tout, donc une découverte de ce côté ci, ainsi que sur ces temps de guerre, où à cet endroit, les personnes ont été malmenées de tous les côtés. Un drame familial se joue ici, des déchirements en crève cœur, des non dits terribles. J'ai été très touchée et chamboulée par ces écrits. Un roman qui se lit facilement, une très belle écriture et une pointe de fantaisie. On est pris aux tripes par un champs d'émotions. Le dénouement est enchanteur. Merci à ma choupinette pour ce cadeau et à Lawren pour la dédicace. Pour ceux qui ne l'auraient pas encore lu n'hésitez pas, un fort roman noir.




Présentation

TAMBOV, 1943
Louis n’arrivait pas à trouver le sommeil. Peut-être devenait-il fou. « Je crois que j’ai des visions, un peu comme Bernadette, à Lourdes. C’est comme si j’étais rentré dans le corps de ce type. » Il a cogné une femme. De toutes ses forces. 
GAMBSTETT, 1986
« Je m’appelle Christophe et j’aimerais vous confier mon secret : je suis capable de voir des choses que vous ne voyez pas... Tout a démarré il y a quelques mois. Ma mère m’a serré dans ses bras. Un câlin de maman. J’ai posé ma main sur sa nuque et… C’est comme si j’avais plongé dans son corps, comme si j’avais vu à travers ses yeux ».
Prisonnier dans le camp de Tambov, Louis Waechter est en proie à des visions terriblement réalistes. Quarante-trois ans plus tard, Christophe, son petit-fils, confie à ses amis qu’il a le même don. Ce jour-là il a ouvert une porte qui ne se refermera plus.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire