11 juil. 2018

"Vices : Trois petits singes" T1 de Gipsy PALADINI

Mon retour - Présentation
Lecture de juillet 2018


Un premier tome prometteur, très bon thriller où chaque personnage est très particuliers, on rentre à la BJV pour le temps de cette enquête. Que ce soit flics, victimes ou voyous, tous ont des antécédents assez lourds qui font d'eux des acteurs spéciaux dans ce récit. Le thème du harcèlement est bien en place, l'adolescence, le suicide, les jeux, la haine et l'amour qui se mélangent et la vengeance sont les mots que je prêterais à ce tome. La plume de l'auteure est toujours aussi vive et téméraire. Voilà quelques 400 pages qui se dévorent sans s'en rendre compte. Après avoir lu ses deux premiers thrillers et ce tome 1 je ne peux que conseiller aux amateurs du genre de s'y soumettre. Maintenant j'ai hâte de connaître le suivant, vivement le 21 juin prochain au Bugue que je rencontre cette auteure. A suivre seconde enquête : Zabulu.





Présentation :

Découvrez la première enquête de Marie, Zolan et leurs collègues de la BJV - Brigade des Jeunes Victimes.
Le temps où Marie se rêvait en justicière insoumise appartient au passé. Arrachée à sa campagne natale, condamnée aux artères viciées de la ville qui accueille la Brigade des jeunes victimes où elle officie en tant que lieutenant, la jeune provinciale doit au plus vite se faire une place au sein d'une équipe de flics à vif. Qui est l'homme dont Zolan crie le nom chaque nuit ? D'où vient cette fureur qui dévore Sophie ? Pourquoi, chaque premier jeudi du mois, le commandant reçoit-il toujours la même carte postale ? Autant de secrets dissous dans les ténèbres urbaines au fond desquelles Marie espère enterrer le sien...
Dans cette première enquête, Marie doit enquêter sur la mort d'Amélie, 15 ans. La jeune fille a été retrouvée pendue dans sa chambre. Très croyants, ses parents s'apprêtent à tirer un trait sur leur fille. Mais contrairement aux apparences, le suicide n'est peut-être pas la seule explication possible...

À suivre : Vices - 2è enquête : Zabulu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire