7 août 2018

"Bons baisers de Goscranie" de Guillaume LECLER

Mon retour - Présentation - Bibliographie
Lecture d'août 2018

La plume de l'auteur en matière de littérature humoristique n'est plus à prouver. Cette seconde quête met un peu plus en avant les deux personnages "mâles" Ethinor et Jermold. Tallia, elle, se fait plus discrète. En dehors de cet humour décapant, quelques petits messages sont bien placés : 
"Bon, soyons lucide. L’Homme n’apprend pas. Sa propension à la facilité le conduit à préférer réitérer ses égarements. Tout plutôt que fournir un effort car l’effort induit la fatigue et excepté les masochistes, personne n’aime le masochisme. Les monuments aux morts et plaques commémoratives résonnent de génération en génération de jolis discours emplis de « Plus jamais ça ». Plus jamais ça… sauf si c’est loin, bien sûr. Quand c’est loin, ça n’existe pas vraiment… » (de « Bons baisers de Goscranie (Deux zéros et demi) » par Guillaume Lecler, Alex Lecler)" 
Et surtout allez voir les références numériques (1) elles font partie intégrantes du roman (2) et il serait très dommage de les louper. Les mots, les tournures de phrases sont aussi un vrai délice : 
"Le nouveau pique-assiette présentait une mandibule prognathe, une pilosité lupine intégrale et un bandeau sur un œil. Il essayait d’en détourner l’attention en brandissant un moignon en guise de bras. » (de « Bons baisers de Goscranie (Deux zéros et demi)" par Guillaume Lecler, Alex Lecler)"
les allusions, ou pas, selon l'esprit dans lequel on se trouve :   "Enfin… on va se rassurer en se disant que plus c’est gros, plus ça passe.» (de « Bons baisers de Goscranie (Deux zéros et demi) » par Guillaume Lecler, Alex Lecler)"
Bref, (3) (4) un roman à lire, à savourer, à déguster… et à suivre bien sûr (5). Un dernier extrait qui m'a beaucoup plus pour finir : 
  « — Non, pas forcément : mangez une fraise, rien de compliqué. Essayez de définir son goût sans établir de comparaisons… Dans le cas présent, il s’agit de s’introduire parmi les membres… — Chu pas sûr que ça me plaise beaucoup, à moi, maugréa Ethinor. — Disons alors qu’il faut pénétrer… — Qu’est-ce que je disais… » (de « Bons baisers de Goscranie (Deux zéros et demi) » par Guillaume Lecler, Alex Lecler)"
(1) Lire le premier roman 
(2) Lire "Deux zéros & demi" 
(3) Il est important de lire le premier roman 
(4) Oui, oui, oui on a bien compris Guillaume 
(5) et oui je l'ai lu ce premier roman aussi.





Présentation :

Tallia, Ethinor et Jermold ont été promus diplomates. Les dirigeants mélthènes les chargent d'une mission prestigieuse, de la plus haute importance : négocier auprès des Goscrans, les charmants voisins aux mœurs... spéciales, les conditions d'exportation des furets. Rien que ça ! Et accessoirement, s'ils en ont le temps, découvrir pourquoi, à la cour goscrane, tous les espions mélthènes ont disparu. L'espionnage est affaire d'intuition, de chance, de savoir-faire, de déduction et de discrétion. Autant de qualités qui font totalement défaut aux trois aventuriers. Alors, aucune raison qu'ils ne réussissent pas... Si ?
Tous les ingrédients sont réunis pour une histoire haletante :
Une intrigue d’une incroyable densité… ou pas. 
Des rebondissements spectaculaires… ou pas.
Des scènes d’action ahurissantes… ou pas.
De l’érotisme évocateur… ou pas.
De l'humour raffiné... ou pas.
Ce livre donne une suite à Deux zéros et demi mais peut se lire indépendamment. Il est toutefois préférable, si ce n'est déjà fait, de se procurer le premier. Préférable... pour l'auteur et ses droits : «Pasque... y'en a marre des nouilles !».

Bibliographie :

"Deux zéros & demi" 2017

"Bons baiser de Goscranie" 2018

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire